Menu_horizontal

samedi 2 février 2019

5, 4, 3 (ronde, nat., équipe)


Ce Dimanche 27 janvier, nous étions opposés à l’équipe de Romans II, qui se déplaçait à Grenoble.
Une victoire n’était donc pas malvenue, il fallait faire du mieux possible pour espérer remonter dans la poule, sachant qu’il nous restait trois rencontres pour cette saison.
Quand je découvris la feuille de match de nos adversaires, je vis qu’ils nous étaient un peu supérieurs (sur le papier) en classement Elo. Mais rien d’insurmontable, il y a dans notre équipe de très bonnes réserves, et je pense, du potentiel à exploiter, de bon augure pour la suite.
Le match débuta un peu plus tôt, tous les joueurs de Romans II étant déjà arrivés.
 A  nos côtés jouait l’équipe II de Grenoble, qui elle, ainsi que son équipe adverse, étaient également  prêtes à lancer la rencontre.
Pour ma part, je jouai contre un jeune adversaire de 11 ans.
Je commençai avec d4, pour jouer un système de Londres.
Mon adversaire resta dans la théorie et j’en vins à sacrifier un fou sur le pion h7 pour ensuite mettre en place une attaque de mat, avec en premier temps ma Dame en h5 sur échec.
Je récupérai ainsi la qualité avec une tour et deux pions pour un fou, et son roi fut très découvert.
Mais mon adversaire resta toujours en vie, et se défendit bec et ongles pendant une demi-heure jusqu’au moment où j’en vins à perdre ma dame sur un échec à la découverte par son fou, laissant ma Dame à la merci de sa tour laissée longtemps inactive. Je perdis rapidement la partie.

Jonathan qui était à côté de moi, avait rapidement gagné sur un mat rapide.
Nicolas avait perdu.  Nathan et Thomas avaient de leur côté gagné sur des adversaires classés cent points Elo au-dessus.
Notre équipe menait donc  3-2.

Restaient donc Edwin, Claire et Maxime, toujours en lice dans leurs parties respectives.
Claire se trouvait dans une position fermée, avec un jeu égal, tour et fou contre tour et fou.
Maxime avait une qualité de plus, avec deux fous et un pion pour une tour, tandis qu’Edwin (face à un adversaire classé autour des 1950 Elo), luttait avec deux pions de moins, mais dans une position tendue.
Après une attaque de Tours, son adversaire désamorça le jeu par un pion passé, qui s’avèra plus tard décisif. Edwin ne  lâcha pas l’affaire mais son adversaire promut le pion en  dame et l’emporta ensuite.
Maxime gagna par abandon de son adversaire avec un gain évident et Claire annula après une belle bataille.

Nous gagnâmes donc la rencontre sur le score de 4-3.
A ce moment-là, il pleuvait fort dehors, mais les deux équipes présentes de Grenoble gagnèrent et ce fut un dimanche qui s’éclaircit sur cette embellie, bien que les parapluies furent de mise pour quitter le club.


Adrien BONNARD

Aucun commentaire:

Publier un commentaire