Menu_horizontal

mardi 27 novembre 2018

Un tournoi presque pas comme les autres

Ces dernières semaines, de très nombreux événements sportifs d’intérêt dans le monde des échecs se sont quasiment télescopé et d’autres sont à venir dans un avenir proche: le championnat du monde masculin, à Londres, bien sûr, mais aussi le championnat du monde féminin. A un niveau un peu moins relevé, les interclubs ont eu lieu il y a peu, et la ronde 3 est prévue le WE des 1 et 2 décembre. Enfin, les interclubs jeunes se déroulaient le WE des 24/25 novembre, et je n’oublie pas la Coupe de France, la Coupe Loubatière etc….
              Le 17 novembre, à Grenoble, avait aussi lieu le Challenge Rhône-Alpes... de go. Le club de go de Grenoble a ses permanences dans la salle juste au-dessus de celle des échecs et certains de ses adhérents sont également joueurs d’échecs (et vice-versa, par conséquent). J’ai donc le plaisir de vous proposer un mini-reportage sur cet événement, car j’ai trouvé le parallèle particulièrement instructif sur le thème : tous égaux, tous différents.
Je ne vous apprends pas, j’espère, que le jeu de go se pratique avec des pierres, blanches et noires, qui sont posées sur un plateau (le goban) non pas au milieu des cases mais sur l’une des 361 intersections du quadrillage; que les noirs jouent en premier et que les pierres ne se déplacent pas (mais qu’elles peuvent se faire capturer). Notons aussi que l’avantage initial de noir est compensé en fin de partie par un certain nombre de points attribués à blanc: c’est le komi, généralement de 7,5 points, pour éviter les parties nulles (si fréquentes aux échecs et surtout au championnat du monde!). Malgré ces différences, vous vous seriez senti en terrain connu : suivez le guide ! 
Mot de bienvenue du président de ligue


Le Challenge Rhône-Alpes, qui est assez comparable au Challenge de l’Isère, a été lancé officiellement par le Président de la ligue Rhône-Alpes de go, qui a commencé son bref discours par des mots de bienvenue, a présenté l’arbitre et a exposé les règles du tournoi ainsi que le temps alloué aux joueurs, exceptionnellement en cadence Fischer, de 10 minutes plus 7 secondes par coup, ce qui a immédiatement déclenché un certain brouhaha dans l’assistance. En effet, jouer en cadence Fischer au go est tout à fait inhabituel. En règle générale, les tournois de go se déroulent avec un temps principal (souvent 1 heure par joueur) et un temps additionnel, appelé byoyomi (souvent 15 pierres en 5 minutes).
Avant de pouvoir effectivement lancer la ronde, il a fallu, comme dans les tournois d'échecs, demander aux jeunes joueurs de bien vouloir ranger les pierres et régler les pendules, dont vous remarquerez ci-dessous que leur position n'est pas imposée par l'arbitre.



Les blancs jouent... après les noirs.

      La photo suivante en fera sursauter plus d’un. Oui, vous avez bien vu, le joueur de dos, au premier plan, a des écouteurs et son téléphone portable est bien en vue sur la table, allumé. Plus tard dans la partie, j’ai entendu un téléphone sonner, ce qui n’a ému absolument personne.


deux bonnes raisons de perdre la partie aux échecs !


         Il faut savoir que noter une partie de go peut se faire sur des feuilles prévues à cet effet mais que de plus en plus souvent, les joueurs utilisent une application sur leur téléphone portable, la politesse consistant simplement à demander l’autorisation à son adversaire. En effet, noter une partie sur feuille est, de mon point de vue tout au moins, passablement fastidieux : Sur le modèle vierge (cf photo ci-dessous) on inscrit dans la bonne case le numéro du coup 1, 2, 3 … 157, 158 … en l’encerclant pour signaler le coup des blancs. Dans ces conditions, on comprend que rejouer sa partie est un peu difficile (« voyons, voyons, où est le numéro 64 ? ») alors qu’une application sera nettement plus facile pour retrouver le déroulé des coups. 
Une feuille de match


Enfin, sachez que les coups au go se succèdent à vive allure, d’où les temps restant en cours de partie quelquefois supérieurs aux temps de départ, comme sur la pendule ci-dessus.
O temps suspends ton vol !


Je terminerai cette rapide exploration d’un tournoi de go par cette jolie image d’une partie de go débutée depuis quelques coups seulement, dont la disposition fait un écho artistique à une partie d’échecs récente.

Caruana Carlsen, R3 2018, 35ème coup

Aucun commentaire:

Publier un commentaire