samedi 14 mars 2015

Inter-cercles sur plusieurs fronts







L'équipe 1 gagne à Besançon contre Lyon sur le score de 3-1 (Victoires de Francesco, Christophe et Claire). L'équipe 2 perd 3-4 à Vienne contre Vienne (victoires de Jean, Valentin et Lucien par forfait) voir résultats ci-dessus. Excellente performance de l'équipe 3 qui gagne à Lyon contre Clermont malgré deux forfaits (Victoires de Jordan, Charles, Patrice et Théo). Demain, la une joue contre Besançon, la 2 et la 3 reçoivent et la 4 se déplace dans la montagne.


Le rapport du Capitaine de l'équipe 2

Nous jouions samedi contre la forte équipe de Vienne. La ronde commença le matin par un joueur déçu de ramener un point ! Vienne nous prévint très sportivement qu'ils seraient à 7 et Lucien nous fit donc gagner un point sans avoir le plaisir de jouer sa partie : 1-0. Après le joueur qui aurait aimé jouer, le joueur qui aurait préféré ne pas jouer, en l'occurence moi-même : après une ouverture très correcte, j'oubliais une fourchette (oui, une fourchette en un coup...), ce qui me fit perdre un pion mais surtout libera la position de mon adversaire, le reste fut un court calvaire. Bref, un jour sans : 1-1. A ce moment, Olivier avait gagné un pion, mais son adversaire était un peu plus actif, Valentin avait perdu une qualité et Patrick avait quelques pions de plus mais un roi coincé au centre. Les autres positions me semblaient pas trop loin de l'égalité. Jean gagnait alors une tour sur une gaffe de son adversaire et convertissait : 2-1. Puis Valentin gagnait une pièce et se retrouvait avec tour fou cavalier contre deux tour et un pion de plus, le match restait tendu. A part Georges dont la position fermée semblait sans soucis, Les autres parties se dirigeaient toutes vers le zeinot, avec dans la plupart des cas une quinzaine de coups à jouer en 2 minutes (quoique l'ajout des 30 secondes rende cela moins spectaculaire et nuisible à la santé des capitaines). Olivier rendait le pion dans un passage en finale de cavalier (jouer une finale de cavalier en zeitnot est à mon humble avis du masochisme carabiné), puis perdait le reste de son avantage : nulle. Après avoir stabilisé la position et fait espérer le gain à son capitaine, Patrick craquait en voulant s'activer : 2-2. Georges, qui tenait la nulle jusqu'à là, laissa une ouverture sur son roi à son adversaire qui en profita : 2-3. A ce moment Christophe avait une finale de tour légèrement inférieure qui semblait tenable et Valentin semblait gagnant. Pendant que je regardait Valentin mater son adversaire (3-3), Christophe gaffait et Vienne l'emportait d'un point comme souvent dans nos matchs : 3-4.
Hugues Blanchard.

1 commentaire: