dimanche 29 avril 2018

Adieu à Patrick Le Febvre

Une terrible nouvelle : Patrick Le Febvre vient de nous quitter à seulement 53 ans, victime d'un accident cardiaque. Patrick avait été l'un des plus fidèles membres de l'équipe 2 qui jouait presque toujours en Nationale 3. Il n'hésitait pas à se sacrifier en acceptant le premier échiquier mais ce n'était pas forcément un sacrifice car, ces dernières années, il avait obtenu des succès remarquables à cette place. Il participait également à de nombreux tournois rapides, discipline où il est encore classé 2100. Nous perdons un ami, un joueur modeste malgré son très bon niveau, qui va beaucoup manquer au club et à son équipe.

Les obsèques auront lieu vendredi à 9 heures à l’église St Christophe de Prédieu à St Egrève


 

samedi 28 avril 2018

Ludovic Chandesris Champion de l'Isère

  

Le podium est entièrement grenoblois

Dans un championnat au niveau rehaussé par rapport aux éditions précédentes, nos joueurs ont bien rempli leur contrat. Ludovic gagne sans faire le moindre faux pas (7/7), Samvel ne concède qu'une seule nulle en dehors de sa défaite contre le premier et Alexandre chute seulement contre ses devanciers. Ethan, Bertrand et Edwin terminent aux place 4, 6 et 7 ce qui fait qu'un seul étranger au club vient s'insérer dans les 7 premiers : Georges Vasquez. Claire et Gérard font un bon tournoi tandis que nos deux poussins font leur apprentissage à la compétition. Excellent arbitrage de Thierry Delelis.

Classement final
Grille américaine
Performances Fide

jeudi 26 avril 2018

Tournoi de printemps de l'EG

Les résultats de la ronde 1 (et des suivantes, à venir) se trouvent grâce au lien: tournoi printemps EG
il est possible, en s’inscrivant jusqu’au dimanche 6 mai, par mail, à contact@echiquiergrenoblois.org, de commencer le tournoi à la ronde 2. N'hésitez plus !

lundi 23 avril 2018

Budget participatif : étape 1 franchie avec succès !

C'est une belle aventure qui commence pour le développement du jeu d'échecs, jugez-en plutôt :
Il y a quelques mois, j'ai croisé Federico Monaco, venu au club ce samedi là, un peu par hasard.  Sous l'impulsion du moment, Federico a évoqué son idée de soumettre un projet au budget participatif de Grenoble, en vue d'installer des jeux d'échecs géants dans les parcs de Grenoble, comme il les avait vus à Munich, d'où il venait. L'idée m'a séduite, et j'en ai parlé lors d'une réunion du comité directeur du club, où cette initiative a recueilli l'assentiment de chacun et a suscité tout spécialement l'intérêt de Pierre Salinas. Quelques réunions à trois dans divers cafés de la ville plus tard,  et suite à de nombreux échanges par courriels, nous avions un titre, un embryon de budget, un texte de description qui prenait forme et un porteur de projet, Federico. 
Le hasard fit encore une fois bien les choses, dans sa version "à quelque chose le malheur est bon". Pour des raisons indépendantes de la bonne volonté de Federico, le projet ne put être déposé sur le site de la mairie de Grenoble en temps et heure. Un responsable avisé de la mairie nous suggéra alors de nous rapprocher de Jean-Marie Albert, grand amateur de jeux du monde, qui avait déposé avec succès le projet "A quoi tu joues?", dans le but d'installer des jeux du monde géants à divers endroits de la ville. 
L'accord de collaboration était entériné dans un café qui pourrait bien devenir, à l'usage, le quartier général du projet, et la journée de vote du 21 avril arriva.
Une fois encore, faut-il parler de hasard heureux, ou, selon la célèbre phrase de Louis Pasteur, de chance qui sourit aux esprits préparés ? Toujours est-il que parmi les 102 projets proposés au vote citoyen, il se trouvait un projet de jeux géants proposé par une classe de première du lycée Pablo Neruda et son professeur de SES, Alain Pignard, et un projet de malles de jeux dans les écoles, porté par Ibrahima Kaba.
Nous sommes tous très rapidement tombés d'accord que si nous étions plusieurs à avoir eu quasiment la même idée, c'est qu'elle était bonne, qu'elle pouvait recueillir l'assentiment d'un large public mais qu'il fallait à tout prix éviter l'émiettement des voix, en nous regroupant.  L'alliance était donc scellée  entre ces différents projets et une folle journée de démarchage commençait à la fin de laquelle aucun de nous n'avait encore de voix.
Les résultats sont tombés aujourd'hui et j'ai l'immense plaisir de vous annoncer que le projet "A quoi tu joues?", fusionné avec les projets 44 et 51, a été retenu par les visiteurs.
Vous trouverez un reportage de cette journée ici et les informations sur le site de la ville de Grenoble .
Ce n'est qu'une étape et il nous faudra de nouveau convaincre les grenoblois de soutenir le projet, en vue du vote de la semaine du 2 au 6 octobre, ce qui nous promet encore de nombreuses réunions-café!! Si vous avez envie de participer à la rédaction du projet, aux journées de présentation ou de nous aider par tout autre moyen, n'hésitez pas !




vendredi 20 avril 2018

Budget participatif

Samedi 21 avril, allez voter pour élire les budgets participatifs qui seront installés dans Grenoble. 
Vous trouverez tous les détails de cette opération  ici
Le club d'échecs, sur une proposition de Federico Monaco, s'associe au projet "A quoi tu joues ?" pour proposer l'installation de jeux géants (awélé, morpion etc. mais aussi échiquiers et pièces) dans différents quartiers de la ville, ainsi que des tables avec des échiquiers dans plusieurs parcs. 





Le compte-rendu d'Ethan sur la situation aux Championnats de France des jeunes à Agen

Bilan aux 2/3 du championnat

Dans l'open B Justin occupe la 60eme place, bonne performance de ce très jeune joueur qui marque la moitié des points avec un score de 2/4.
En petits poussins Yann commence bien le tournoi en gagnant la 1ere partie puis enchaîne 3 défaites difficiles malgré des parties très encourageantes, il se classe 106ème.
En poussins nous retrouvons Samuel qui fait un excellent tournoi en gagnant les 3 premières parties mais en perdant la dernière contre le 1er du classement, Samuel est actuellement 23eme du tournoi avec 3/4.
Guillaume également dans le championnat de France poussins suit le même parcours que Samuel en gagnant les 3 premières et en perdant la dernière, il a 3/4 avec la place de 18 ème.
Chez les pupilles Moïse fait un tournoi correct avec 2/6 et une place de 130eme.
Et c'est Lisa qui représente l'échiquier grenoblois chez les pupillettes en marquant 4 points sur 6, très bon championnat pour Lisa qui se classe 22ème!
Le solide joueur Edwin concourt chez les benjamins, il gagne la 1ere puis enchaîne 4 défaites mais gagne sa partie aujourd'hui, ce qui va le motiver à finir le tournoi en beauté. Il a 2/6 et il est 128ème.
Dans l'open A Ethan qui fait un parcours sans faute avec un score de 6/6 est seul en tête du tournoi, après sa non qualification au championnat de France 2017, il espère gagner l'open ce qui lui permettrait d'obtenir la qualification d'office pour le championnat de France l'an prochain!
Et enfin chez les minimes, Samvel notre champion de ligue obtient un résultat convaincant avec 4/6 et une place de 33eme. Thomas avec un demi point de moins fait 3,5/6, après un début remarquable et une énorme performance qui est d'annuler Rémi Degraeve (2294 élos!!!), il enchaîne 2 défaites mais gagne aujourd'hui avec 1h30 à la pendule à la fin me dit-il il se classe 40 ème.
Tout ces très bons résultats accompagnés de très bons entraîneurs à savoir Ovidiu pour les jeunes de l’Échiquier Grenoblois et de l'Isère, et également Sébastien et Sven pour leurs élèves: MERCI À EUX!!
Une super ambiance et un beau soleil pour ce championnat de France jeunes à Agen!
Ci joint un petit défi qui m'a été posé par Sébastien Joie que vous allez adorer: à partir de la position de départ, vous devez arriver à faire passer la tour noire H8 en E1 en seulement 4 coups  (c'est à dire après le 4eme coup noir) bien sûr il ne faut jouer que des coups légaux.
J'ai cherché cet exercice avec 2 de mes copains pendant 20 minutes et nous avons fini par trouver, autant vous dire que vous allez galérer BONNE CHANCE!

Ethan.

mardi 17 avril 2018

Décès de Jacques Brethé


           Le décès de Jacques Brethé survenu le 13 avril à l’âge de 82 ans alors qu’il se trouvait dans son jardin a été un choc ressenti avec beaucoup de tristesse par tous ceux qui le connaissaient.
Ancien président du club d’échecs de Chambéry pendant des années, Jacques Brethé a été un organisateur des plus prolifiques.  Il a organisé cinq championnats de France,  notamment celui de Saint-Jean-de-Monts en 1976 en Vendée dont il était originaire et le dernier à Chambéry en 1994, plus d’une trentaine d’éditions des festivals de Val Thorens et Vaujany et des dizaines d’autres tournois principalement à Chambéry. Il était un organisateur qui faisait son maximum, sans ménager ses efforts, pour  que les tournois soient une réussite et afin de satisfaire les joueurs. Il a été un des premiers à suggérer l’interdiction de fumer pendant les parties ainsi qu’à chercher des moyens pour éviter  les nulles de complaisance et les tricheries. Il y a deux ans il avait quitté son association Promo-Echecs pour la confier à des joueurs qui le secondaient depuis  longtemps.
Ancien professeur de français et de philosophie, Jacques Brethé avait entrepris depuis une vingtaine d’années  une étude approfondie de l’histoire de la monnaie et s’intéressait à de nombreux sujets de société.  Le résultat de ses recherches a été publié en 2012 dans un livre, «Pour une autre société » et sur son site www.uneautresociété.com qu’il alimentait régulièrement.
Jacques Brethé a  toujours été d’une grande gentillesse dans ses rapports avec les autres, il avait beaucoup d’énergie et possédait une vaste culture. Il était un homme profondément humain, apprécié par tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer.

Jean-Christophe Olivier. 

lundi 16 avril 2018

Quelques photos des championnats de France des jeunes à Agen

L'une des salles de jeu:


La salle d'analyse:


Côté analyse réservé aux joueurs et entraîneurs

Côté détente et accompagnateurs

Analyse avec Ovidiu Foisor pour les jeunes de l'Isère:


Le hall d'accueil avec les commerces:



Liens vers les résultats: 

résultats minimes (Samvel et Thomas)
résultats benjamins (Edwin)
résultats pupillettes  (Lisa)
résultats pupilles  (Moïse)
résultats poussins  (Samuel et Guillaume)
résultats petits poussins (Yann)
résultats open A  (Ethan)
résultats open B  (Justin)

lien vers la page dédiée aux championnats de France jeunes


dimanche 15 avril 2018

Championnats de France jeunes, c'est parti !

Les championnats se déroulent à Agen. L'Echiquier Grenoblois est fier d'aligner 8 qualifiés sur les 12 que compte le département de l'Isère.
Vous pouvez retrouver tous les résultats sur la page dédiée aux championnats, soit en passant par le site de la FFE, soit en suivant le lien ci-dessous :

page dédiée championnats de France Jeunes


lundi 9 avril 2018

Tournoi du P.E.L. de printemps

Avec les bourgeons, les jeunes pousses et le printemps, voilà revenu le tournoi du P.E.L. (Projet Educatif Local) qui avait lieu au club samedi 7 avril. 

mercredi 4 avril 2018

Le club à la radio et dans le Dauphiné Libéré

ci-dessous le lien pour le podcast de l'émission enregistrée mercredi dernier, dans les locaux du club, pendant les cours de l'école d'échecs.
l'EG à la radio, mars 2018

Et aussi :  Ethan et Thomas s'affrontent en cadence bullet


Le Dauphiné Libéré a également relayé l'événement :

Encore merci à l'OMS et à ses partenaires média pour cette jolie mise en lumière du club !

lundi 2 avril 2018

CR de l'équipe 1 coupe 2000

Les résultats de la coupe 2000 étant enfin accessibles sur le web, voici les contributions des joueurs de l'équipe 1, narrant cette journée, chacun à la lumière de sa lanterne. Comme il est d'usage, les opinions ainsi exprimées n'engagent que leurs auteurs et certainement pas la webmestre. Ce texte fait un pendant quasi parfait à celui publié il y a déjà quelques temps et qui mettait plutôt l'accent sur l'équipe 2, dont les coéquipiers n'ont pas craint d'affronter des adversaires bien plus forts, tout au contraire. Bonne lecture. 
Ethan
1ère partie : je me fais avoir sur un ordre de coups dans l'ouverture Alekhine et je suis très mal: j'ai moins d'espace, il a un superbe Fou en d3 planté dans ma position, à ce moment là il me propose nulle, les positions de Christophe et Bertrand n'étant pas faciles à évaluer pour moi, je continue, bon choix car je le fais craquer grâce au couple mortel dame-cavalier sur un roi trop affaibli. Partie gagnée.
2ème partie : Elle commence aussi mal car je me retrouve immédiatement en difficulté dans l'ouverture avec un pion en d6 arriéré sur une colonne ouverte, des pièces très passives, bref encore une fois une poubelle mais petit à petit les pièces s'échangent et mon adversaire me redonne vie. Je prends même l'avantage grâce à une imprécision tactique de mon adversaire. La finale fut longue et le zeitnot éprouvant mais impossible de concrétiser mon avantage avec une telle défense de mon adversaire. La partie nulle fut signée.
3ème partie : assez facile, Est-indienne bien menée avec le plan f5 f4 dans la variante classique. Le pion avance pour démolir le roque adverse. Le contre jeu à l'aile dame du joueur blanc n'a pas été assez violent et c'est l'aile roi qui s'ouvre! La défense blanche cède et la victoire me fut accordée!

Patrick
1ère partie : Je profite du mauvais placement des pièces adverses pour placer une jolie combinaison qui semble perdre une pièce dans une Pirc. Résultat: c'est moi qui ingurgite un maximum de matériel jusqu'à l'indigestion.Mon adversaire finit par abandonner.
2ème partie : Mon adversaire,  plus coriace que le premier joue, une Hollandaise en premier. Après l'échange des dames, la position est proche de l'égalité. Je me trompe dans le zeitnot. J'ai 2 pions pour une pièce pour ne pas perdre la qualité. Mon roi s'approche des pions passés pour les soutenir. Au moment où les blancs paraissent mater je place un échec qui me délivre. OUF. Un perpétuel était possible.
3ème partie : Une nulle me convient contre un bon 1900. Sur une française je joue la variante d'échange qui parait insipide. Les noirs placent leurs pièces de manière maladroite. J'ai un plan clair pour prendre l'avantage mais je suis imprécis. A cause de ça je me retrouve dans une finale un peu inférieure mais mon adversaire ne veut plus se battre.


Bertrand
Malgré une très courte et mauvaise nuit, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que je retrouvais mes coéquipiers pour la Coupe 2000, compétition fort sympathique à laquelle je n'avais pas participé depuis 4 ans. Christophe m'ayant laissé la charge du capitanat, je décide de placer Ethan, notre benjamin, au premier échiquier et Patrick au 2. Dans une forme équivalente à la mienne, Christophe préfère jouer au 4.
Quelle fût ma surprise en apprenant que, pour la première année, les parties étaient homologuées par l'instance suprême ! Si un classement à 1907 m'interdit toute prétention échiquéenne, je ne m'attendais pas à m'exposer au risque de descendre d'un pallier de 100 pts ce dimanche. Faute d'un stick antitranspirant dans la poche et équipé d'un caleçon tout neuf, il va falloir éviter les positions trop tendues. Je pars acheter une viennoiserie en guise de petit déjeuner express, une banane pour anticiper un coup de barre dans les prolongations et me prépare psychologiquement au combat.
Nous sommes 9 équipes, synonyme de combiné système Suisse-Molter. Par malchance nous faisons partie des 3 équipes qui joueront le Molter. Ce système ne comptabilise que les points par échiquier. Nous ne sommes donc plus vraiment dans l'esprit match par équipes, car à chaque ronde, nous rencontrerons 2 joueurs des autres équipes du groupe et pas nécessairement les adversaires affectés au même échiquier que nous. Le seul avantage est que les appariements des 3 rondes sont fixés dès le départ, une lisibilité qui permet d'établir une stratégie globale.
A la première ronde, j'affronte un jeune classé 1300 avec les noirs. Si je ne crains pas ce profil de joueur, subsiste le risque de se faire soulager d'une vingtaine de points, soit le maximum possible, quand une victoire n'en rapporte pas deux. J'applique la stratégie dédiée : on joue simple et proprement et on attend la donation, matérielle ou positionnelle. Je ne trouve pas la réfutation dans une sicilienne où il ne souhaite prendre aucune initiative. Qu'est-ce que c'est frustrant d'affronter un joueur aussi passif que soi ! Je me résous à l'encourager à jouer e4 pour qu'il se passe quelque chose. Ma faiblesse sur la case d6 me pique les yeux d'avance. S'il souhaite installer son cavalier en d5, je le chasserai avec e6 et trouverai le moyen de donner mon pion d en échange d'une initiative significative, voire déterminante. Il est victime d'un syndrome que je connais bien : ne pas croire en ses chances face à un joueur plus fort sur le papier. Ce n'est qu'après avoir fait prendre des nouvelles des copains à son cavalier qu'il songe à l'installer en d5. Cette perte de temps et le mauvais positionnement de sa dame m'offrent une combinaison qui gagne la qualité en 3 coups. L'avantage est net et la fin de partie est tranquille. Mon adversaire n'épargnera aucune souffrance à son armée et n'abandonne qu'après la perte de sa dernière pièce lourde. J'ai tout juste le temps d'avaler un sandwich avant la ronde 2.

Je joue mon ami Joseph avec les blancs. Il s'emmêle les pinceaux et positionne mal ses cavaliers face à mon double fianchetto et la structure de pions c4/d3/e4. Par fatigue et par fainéantise, je manque de précision en milieu de partie mais la position reste confortable à jouer. Je laisse ensuite traîner une fourchette décisive que mon adversaire, diminué et en manque de temps, ne jouera pas. Après un échange de dames favorable grâce auquel je gagne le pion g, je rends la paire de fou pour arriver sur une position où les coups gagnants sont multiples. Un petit calcul est nécessaire pour trouver le meilleur coup après que les noirs aient joué Te8.


Avant la ronde 3, nous sommes en tête du groupe avec un point d'avance sur Bourgoin-Jallieu. Patrick et moi allons affronter 2 bergalliens et nos coéquipiers, sauf accident, devraient marquer leur point. Je pars donc questionner l'arbitre sur les départages du système Molter. Le premier se fait au Berlin, le second à la moyenne Elo, laquelle nous est défavorable. Le Berlin consiste à additionner le nombre de victoires par échiquier en attribuant un coefficient dégressif à chaque échiquier (x4 au 1er, x3 au 2nd, etc.). En cas d'égalité de points à l'issue des 3 rondes, nous serions qualifiés. La stratégie est simple et en adéquation avec mon style de jeu : Patrick et moi devons faire nulle. Je joue l'ouverture très lentement et passivement. Christophe se retrouve vite gagnant et Ethan ne peut, vraisemblablement, pas perdre sa partie. Patrick respecte rapidement les recommandations du coach. Même si je perds, la qualification semble désormais acquise. J'ai réfléchi 55mn pour jouer les 14 premiers coups d'une défense slave où les blancs jouent  Db3 au 4ème coup. La position est peu confortable mais les blancs n'ont rien de concret : garder la paire de fou permettra à mon cavalier de contrôler définitivement e5. Si mon adversaire veut gagner, nous louperons donc tous les 2 le JT de 20h. Il me reste 5mn et je propose le partage du point au 15ème coup. Cette proposition a le mérite de faire sourire Florent, le capitaine de Bourgoin-Jallieu. Après quelques minutes de réflexion mon adversaire me tend gentiment la main en me disant "on ne va pas se fâcher pour ça".

Christophe
1ère partie : Je prends l'avantage rapidement avec les noirs avec le gain d'une pièce dans une position complexe. Je défends assez mal et je me retrouve avec 2 pièces pour une tour. Mon adversaire me place alors une belle tactique pour simplifier la position : nulle.
2ème partie : Un petit avantage positionnel toute la partie, mais insuffisant pour gagner : nulle.
3ème partie : Mon adversaire oublie une découverte qui me permet de gagner une tour et la partie.