mercredi 23 novembre 2016

Nationale 3 - Equipe 2 - Ronde 2

     
Vu que la plupart des parties de ce match ont été assez tendues (et le résultat aussi!), personne n'a suivi globalement le match pour en faire un résumé, du coup presque chaque joueur va commenter sa partie en partant du huitième échiquier.

Un match qui laisse beaucoup de regrets à l'équipe !
Hugues

Table 8 :
Je n'ai même pas eu le temps de voir ce qui s'est passé sur l'échiquier de Thomas : victoire en 15 coups. Pour un premier match en équipe 2, c'est fort prometteur, le capitaine est ravi !
Hugues

Table 7 :
Après une ouverture mal négociée, je dois lutter avec un pion de moins sans trop de compensations. Après avoir subi durant toute la partie, je profite d'un petit relâchement de mon adversaire pour regagner ce pion au 39e coup, puis, deux coups plus tard, je gagne un Fou. Après quelques échanges de pièces, la finale avec une Tour de plus n’est qu’une formalité. 2-0
Jérôme

Table 6 :
Je tente une Petrov avec les noirs, ouverture qui se transforme en vieille indienne de ce qu'en dit Fritz... Jeu fermé, les 2 camps manœuvrent derrière leurs lignes de pions ... Je suis apparemment un peu mieux ... mon adversaire et moi même sommes proches du zeitnot, il nous reste respectivement 10 et 15 minutes pour faire 16 coups et atteindre le 40e... C'est probablement la raison de l'erreur de mon adversaire au 25e coup : confrontation des lignes de fantassins, échanges de pions dont l'un empoisonné m'offre le gain net d'une tour ... la ténacité de mon adversaire est exemplaire mais je ne faillis point ! La partie continuera jusqu'au 44e coup, moment où l'abandon des blancs parait plus que raisonnable.
Boris

Table 5 :
Net avantage dans l’ouverture que je n’ai pas su concrétiser. Nulle proposée par mon adversaire qui avait presque égalisé. - Note du capitaine : Le match étant tendu, je dis à Jean de faire ce qu'il veut (première fois que je fais perdre le match à l'équipe) - J’ai refusé pensant avoir possibilité de gain. Finale bien jouée au début puis de plus en plus mal, au point de jouer n’importe quoi. Pas d’explication si ce n’est la fatigue. Très déçu d’avoir fait perdre l’équipe.
Jean

Table 4 :
Après un début ou j'égalisais assez facilement contre une anglaise en plaçant un pion en d4, j'arrivais à contenir et réduire l'activité des pièces blanches à tel point que mon adversaire cherchait à reprendre l'initiative en se créant des faiblesses sur l'aile roi. En tres gros déficit de temps mon adversaire se mit à jouer avec l'énergie du désespoir et la partie commença à basculer et se finit "en eau de boudin "avec peut être une trop grande confiance. Une partie avec du suspense et un renversement de situation assez incroyable. Hélas pour moi et surtout pour l'équipe... Bcp de déception !
Frédéric

Table 3 :
Un adversaire connu pour moi. Déjà deux défaites contre le même avec les noirs. Là j'ai les blancs. Je joue une ouverture solide contre sa sicilienne. Il transpose sur une française avec pion isolé. Ses pièces menacent d'être actives. J'échange des pièces. Finalement j'obtiens une bonne position avec D et F contre D et C. Je vois mon partenaire (Frédéric au quatrième) "écraser" son adversaire (résultat inverse). Je me contente de la nulle car je ne vois pas comment progresser malgré mon avantage. Si j'aurais su, comme aurait dit Petit Gibus de la guerre des boutons... J'aurais continué...
Patrick

Table 2 :
Concernant ma partie, l'ouverture s'est bien passée (gambit Benko) mais, en manque de temps, j'ai joué un ou deux coups imprécis dont mon adversaire a vite profité.
Alex

Table 1 :
Pour une fois, je m'étais préparé. Résultat je suis out of book dès son 4e coup...(Il faut dire que ma base de parties date un peu). Je joue donc prudemment au début puis, ma position semblant très raisonnable, de façon nettement plus agressive, j'envoie les fantassins à l'assaut du roque (e4, f4 puis g4). C'est un peu imprécis mais ça marche ! Mon adversaire (Miellet) se met dans son zeitnot habituel et commet quelques erreurs. Au 18e coup, le matériel est égal mais il lui reste moins de 10 minutes et je suis gagnant (+3,25 selon Houdini, me voila rassuré : à l'analyse, Miellet m'avait presque convaincu que c'est lui qui était mieux... Le gain n'était néanmoins pas si simple). Je rentre alors dans mon travers favori : je m'enflamme ! J'évite le bon coup évident et rentre dans une variante qui aurait pu être sympathique sans le sacrifice de mon adversaire (que j'avais vu mais sous-estimé), puis déstabilisé par le retournement de situation et la gestion du temps de mon adversaire (4 secondes vers le 25e coup), je commets boulette sur boulette et perds rapidement. C'était la seconde fois que je faisais perdre l'équipe dans ce match.
Hugues

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire