lundi 9 janvier 2017

Rentrée de la Nat. IV en fanfare

    Les interclubs ont repris en ce début d'année, avec, pour l'Echiquier Grenoblois, une configuration un peu particulière: d'une part une lutte "équipicide" (je n'ai pas trouvé mieux comme néologisme) et à domicile entre l'équipe 2 et l'équipe 3, qui ont le curieux privilège de jouer en Nat.III dans le même groupe et donc aujourd'hui, l'une contre l'autre, et d'autre part, l'équipe de Nat.IV, également à domicile, contre une des fortes équipes du groupe, j'ai nommé Lamastre, alors que c'était repos pour l'équipe  1 en Nat.I. Je n'ai pas oublié que je me suis promis de faire un jour un compte rendu détaillé des parties de l'équipe 2 et de l'équipe 3, tout comme je l'ai fait pour l'équipe 1 mais, là, franchement, ce n'était pas le bon moment puisqu'elles jouaient l'une contre l'autre, ce sera donc pour une autre fois.
   L'équipe 4 a bénéficié, de façon un peu exceptionnelle, de la participation de Thomas (Lepoittevin), qui joue habituellement à plus haut niveau, et de Denis, de passage à Grenoble pour une courte durée et a pris sa licence à cette occasion. Comme d'habitude, j'ai été beaucoup trop occupée par ma propre partie pour avoir une vraie vision de celles de mes coéquipiers mais, en tant que capitaine de l'équipe recevant, j'ai la charge de conserver les feuilles de match jusqu'à la fin de saison, ce qui m'a permis de regarder rapidement ce soir chez moi les parties que je n'avais pas eues le plaisir de suivre en direct cet après midi.
A l'échiquier n°1, un rapide échange de Dame laisse Thomas (Lepoittevin) avec un pion de moins, puis un autre pion de moins. L'adversaire monte une tour sur la deuxième ligne, fait jouer ses fous et Thomas s'incline contre un joueur qui a environ 250 points Elo de plus que lui.
En deuxième position, Nicolas étrennait son Elo FIDE tout neuf, résultat de ses excellentes parties de la fin d'année... Il lançait une attaque sur le roque adverse avec sacrifice de pièce mineure mais son adversaire se défendait bien, rendait la pièce au bon moment et finissait par contre-attaquer et prendre une tour sêche: abandon raisonnable de Nicolas.
A la table n°3, Denis laissait son adversaire monter une attaque à l'aile dame pour attaquer le roque, de l'autre coté de l'échiquier et gagnait une pièce.  Je n'ai vu que la toute fin de cette partie, où Denis, avec une pièce de plus, faisait jouer ses tours et concluait par une fourchette R-T.  
Echiquier n°4, Thomas (Buisse) a joué une partie fleuve de 67 coups, dont je n'ai vu que la fin. Thomas avait certes gagné une pièce contre un pion mais ce faisant, offert des possibilités d'attaque à son adversaire. Malgré le F de plus, à mon avis mal placé et servant plus de "gros pion" que de véritable F (mais la qualité de mes analyses est ô combien discutable), la partie semblait être nulle pour finalement basculer après le gain de la qualité: le pion de Thomas ira à D, abandon de son adversaire.
En cinquième position, j'avais le nez sur mon anglaise hésitante mais mon adversaire, un peu embouteillé, me laissait accumuler deux T et une dame sur son roque. Je poussais g4, g5, puis h4 et il perdait dans une combinaison une T qu'il avait lui-même coincée en g6. Sans doute un peu déstabilisé, il me donnait rapidement un C puis enfin, la D, avant d'abandonner.
Dans l'intervalle, table n°6, Edwin tenait bien le choc après la très désagréable prise 7. ... Fxf7 dans une position ouverte assez classique qui avait poussé son R en e7. Le temps que je gagne, Edwin avait renversé la situation, avec deux T et la D sur les colonnes h et g, et gagnait un F et la partie.
Echiquier n°7, Aurélien, avec les blancs, qui avait perdu un pion dans l'ouverture, pêchait par gourmandise en voulant récupérer son pion : 25: Dxd4 DxD, 26: TxD et ... mat du couloir par 26: ... T c1.
Au dernier échiquier, mais non des moindres, Gérard dans une partie miniature comme il les affectionne, glanait rapidement deux pièces mineures avant de planter Th8-f8 en face de D clouée devant le R.
Résultat, nous gagnons 5-3 contre Lamastre. Messieurs, chers coéquipiers, je suis fière de vous !



   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire